PEN AR THON LE PIRATE Non classé le e-book en vente a partir du 7 juillet 2020…HIP HIP…

le e-book en vente a partir du 7 juillet 2020…HIP HIP…


Voici un petit extrait du livre …et une photo de la citée Portugaise de Mazagan …

De la cuisine du navire montaient les odeurs de confiture que Mirinda, la cuisinière du Blue Bird, préparait pendant cette escale qui traînait. Mirinda faisait la popote du bateau, mais elle réchauffait aussi le moral de l’équipage. Les « blob blob » des bulles qui pétaient à la surface du chaudron chantaient dans la nuit. Les grincements du navire et le petit clapotis de l’eau sur la coque semblaient répondre à la marmite. Les figues et les noix finiraient par se figer dans la caramélisation des sucres.

Tibo le barreur, cent quarante kilos, dormait sur le pont, un œil à surveiller les alentours et la passerelle qui reliait notre voilier à la terre. Tibo connaissait Louis depuis très longtemps. La rumeur disait qu’une nuit, dans un bar, lors d’une bagarre générale, Tibo avait poursuivi Louis dans toute la ville, un morceau de chaise à la main. Plusieurs habitants avaient témoigné du passage de Louis à telle heure et tel endroit, et de Tibo derrière, et ainsi de suite. Personne ne connaissait la suite, et personne ne savait comment le capitaine avait fait, mais au moment de l’embarquement, Louis et Tibo arrivèrent ensemble au Blue Bird pour appareiller. Jamais ni Louis ni Tibo ne racontèrent ce qui s’était passé entre les deux hommes. Mais entre eux, une confiance et une amitié indestructibles étaient nées et duraient jusqu’à ce jour. Un pied dépassait du hamac de Ficher, Ficher man. Il était surnommé ainsi, car il avait été trouvé dans un filet, un pied complètement tournicoté dans les mailles, à bout de souffle. Les premiers mots du gars furent des jurons saxons. Alors l’équipage l’adopta comme Ficher le pêcheur. Et vrai de vrai, c’est lui qui, en mer, remontait de ces lignes de gros poissons qui nourrissaient l’équipage. À côté ronflaient les jumeaux bretons Yann-ber et Yann-vari du Loctudy. De très bons marins, déjà sur le Blue Bird lorsque le capitaine en fit l’acquisition. Je plongeai dans mon hamac et fis le tour des visages de la famille du Blue Bird : le capitaine Louis, Tibo… Ficher… Yann-ber… Yann-vari… et Mirinda qui chantonnait…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Related Post

Le RomanLe Roman

Ce roman est tiré de l’histoire vraie et vécue par l’écrivain à l’âge de dix-huit ans. Il s’est fait plaisir en la mêlant à un passé très proche pour pouvoir